Silence et perte de mémoire au Burundi

Article en ligne
Le 17 août, sans surprise, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), le parti de Pierre Nkurunziza, a refusé la présence de 228 policiers de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Burundi. Le Conseil de sécurité avait en effet voté le 19 juillet une résolution prévoyant le déploiement progressif d'une force de sécurité au Burundi, pour tenter d'y ramener le calme et de faire respecter les droits humains. C'est une démonstration de plus de la (...)