Logo InfoDoc

Av. de Cour 1
1007 Lausanne
doc@alliancesud.ch
Tél. : ++41 21 612 00 86
M2, arrêt Délices

Plan de situation

Horaires d'ouverture:
Lu-Ve 8h30-12h, 13h30-17h30

 
Vous êtes ici : Home InfoDoc Zoom Les fragiles limites de l'action humanitaire

Les fragiles limites de l'action humanitaire

Publié le: 23. 05. 2012

Un zoom du Centre de documentation d'Alliance Sud qui évoque les difficultés croissantes de l'action humanitaire de plus en plus fréquemment associée à des interventions militaires.

Bombarder au nom de l'humanité ? questionne Frank Haldemann dans le no. 17 de La Cité paru au mois de mai. L'auteur se base sur deux ouvrages récents, La guerre au nom de l'humanité (PUF, 2012) de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et A new generation draws the line (Paradigm, 2012) de Noam Chomsky pour s'interroger sur la pertinence de la notion de guerre juste ou « propre », le dernier exemple étant l'intervention dans le conflit libyen de mars 2011. Car cette intervention a été décidée à l'origine dans l'optique de mettre un terme aux massacres perpétrés par le régime du colonel Kadhafi à l'égard de sa propre population.

Parallèlement à cette réflexion, Médecins sans frontières (MSF) vient de publier deux ouvrages, Agir à tout prix ? Négociations humanitaires : l'expérience de Médecins sans frontières (La Découverte, 2011) et Dans l'oeil de l'autre : perception de l'action humanitaire et de MSF aux éditions lausannoises Antipodes (2011). Intervenir dans le cadre d'un conflit implique en effet des compromis avec les différents acteurs pour accéder aux populations victimes. A quel moment, le compromis se transforme-t-il en compromission ? C'est souvent sur le fil du rasoir que sont prises les décisions et les véritables résultats ne sont généralement lisibles qu'après coup.

Humanitaire

La revue Books, quant à elle, a publié dans sa livraison du mois d'avril un article au titre évocateur, L'humanitaire, une passion dangereuse. Philip Gourevitch constate que l'humanitaire, même s'il se base à l'origine sur un sentiment altruiste - soulager la souffrance, venir en aide aux plus démunis - nourrit parfois les conflits qu'il est sensé atténuer.
Linda Polman, auteur de l'ouvrage examiné (De crisis Karavann, Achter de schermen van de noodhulpindustrie, Balans, 2008, que l'on peut traduire par « La caravane de crise. Ce qui cloche dans l'aide humanitaire »), affirme : « Semer l'horreur pour récolter de l'aide, et récolter de l'aide pour semer l'horreur, voilà la logique de l'ère humanitaire. » Et de citer à l'appui de ses dires, les associations chrétiennes qui ont lancé des programmes de « rédemption » pour acheter la liberté des esclaves au Soudan qui ont eu pour conséquence de faire monter les prix et de renforcer le nombre de captifs. Ou, autre exemple emblématique, les génocidaires rwandais aidés par les ONG dans des camps installés à la frontière est du Congo.

Les nombreuses questions soulevées par ces publications font écho à la multiplication des interventions militaires sous le couvert d'une « cause juste » depuis le début des années 1990 (Libéria, Irak, Somalie, Haïti, Kosovo). Il est sans doute vrai qu'on ne peut pas rester silencieux et passif devant l'horreur qu'ont représenté par exemple les amputations de civils par les militaires du Front révolutionnaire uni (RUF) lors de la guerre civile de la Sierra Leone dans les années 90. Mais où se situe la frontière entre passivité et complicité ? Existe-t-elle ? Lorsqu'on entend un leader rebelle affirmer : « Quand on s'est mis à couper des mains, il ne se passait presque pas un jour sans que la BBC parle de nous », il est légitime de s'interroger sur le bilan de ces « interventions humanitaires ».

Issues de secours : quels enjeux pour l'humanitaire ?, un blog participatif, animé par trois membres de Médecins sans frontières, Libération

Interventions humanitaires : principes, concepts et réalités, David Sánchez Rubio, Alternatives Sud, 22 mai 2012

L’intervention militaire justifiée par des raisons humanitaires, de la Libye à la Syrie…, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Grotius international, 26 avril 2012
Du même auteur, lire également :
Ingérence : éthique ou tactique ?, Interview de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer par Antoine Grenapin, Le Point, 26 mars 2012

En Libye, la responsabilité de protéger à l'épreuve des faits, Rony Brauman, Issues de secours, Libération, 3 février 2012

La Libye face à l’impérialisme humanitaire, entretien avec Jean Bricmont, professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique) et auteur de Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ? (Éditions Aden, 2005), Info-Palestine, 24 mars 2011

RECAMP V : l’humanitaire militaire, Waffo Mongo, Cameroon Tribune, 20 novembre 2006

L'action humanitaire en question : interview de David Rieff, journaliste, auteur de L'humanitaire en crise (Serpent à Plumes, 2004), RTS, 30 janvier 2004

Ouvrages cités:

La guerre au nom de l'humanité, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (PUF, 2012)

A new generation draws the line (Paradigm, 2012) de Noam Chomsky

Agir à tout prix ? Négociations humanitaires : l'expérience de Médecins sans frontières (La Découverte, 2011)

Dans l'oeil de l'autre : perception de l'action humanitaire et de MSF (Antipodes, 2011)

Article (disponible au centre de documentation) :

L'humanitaire, une passion dangereuse, Philip Gourevitch, Books no. 31 (avr. 2012)

Actions sur le document
Outils personnels