Le Parlement met un frein aux agrocarburants

Agrotreibstoffe
Article politique
La décision d'accepter définitivement une initiative parlamentaire permet de garantir à l’avenir que les agrocarburants produits et utilisés en Suisse répondent à de stricts critères écologiques et sociaux.

Les quelque 20 organisations de développement, paysannes et de protection de l’environnement membres de la « Plateforme agrocarburants» saluent la décision du Parlement de mettre un frein aux effets désastreux de la production d’agrocarburants.

Grâce à la modification de loi qui a été décidée par le Parlement, les critères existants pour l’allègement fiscal accordé aux agrocarburants seront renforcés et énoncés dans la loi. Le projet de loi a donc été clairement accepté aussi bien par le Conseil national que par le Conseil des Etats. Pour pouvoir bénéficier d’une défiscalisation, les agrocarburants devront à l’avenir être produits dans des conditions sociales acceptables, et aucune surface de forêt primaire ne pourra être défrichée dans ce but. De plus, ils devront émettre « sensiblement moins de gaz à effet de serre que l’essence fossile » et ne pas « nuire globalement à l’environnement de façon notablement plus élevée que l’essence fossile ». Le Conseil fédéral pourra également exiger à l’avenir que la production d’agrocarburants ne se fasse pas au détriment de la sécurité alimentaire. Le Parlement suisse a ainsi approuvé une législation qui représente un exemple à suivre sur la scène internationale.

Car la politique d’encouragement aux agrocarburants menée par les pays industrialisés a de graves répercussions sur les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Au lieu de denrées alimentaires destinées aux populations locales, du maïs, du soja, de la canne à sucre et de l’huile de palme sont produits et exportés en grandes quantités pour être transformés en diesel et en benzine. Les forêts tropicales disparaissent et les savanes sont détruites, ce qui se traduit par une réduction drastique de la diversité biologique et une accélération du changement climatique. La production d’agrocarburants est en outre un des moteurs du phénomène d’accaparement des terres à grande échelle (land grabbing), au détriment des populations locales, chassées de leurs terres.

Avec les critères qui ont été adoptés, le Parlement répond aux principales recommandations de la pétition « Non aux agrocarburants, cause de faim et de destruction de l’environnement », signée par 62'000 personnes, qui avait été déposée en février 2011 par 35 organisations suisses. Ce succès réjouit beaucoup la « Plateforme agrocarburants ».
 

Contact : Bertrand Sansonnens, Pro Natura, tél. 076 396 02 22
 

Une vingtaine d’organisations suisses de défense de l’environnement, paysannes et de développement sont réunies dans la Plateforme Agrocarburants, qui a lancé en 2010 une pétition contre les agrocarburants soutenue par les organisations suivantes :

ACTION DE CAREME | ALLIANCE SUD | ARBEITSKREIS TOURISMUS&ENTWICKLUNG | ASK! AREBEITSGRUPPE SCHWEIZ KOLUMBIEN | ATE ASSOCIATION TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT | BIO FORUM SCHWEIZ | BIO SUISSE | BOTTEGHE DEL MONDO | BRÜCKE LEPONT | CARITAS | CIAD | CONPROBIO | DECLARATION DE BERNE | EGLISES REFORMEES BERNE-JURA-SOLEURE | EPER | FOSIT | GREENPEACE | HELVETAS | INITIATIVE DES ALPES | KLEINBAUERN-VEREINIGUNG | L'AUTRE SYNDICAT| LES VERTS | MEDECINS EN FAVEUR DE L'ENVIRONNEMENT | MISSION 21 | PAIN POUR LE PROCHAIN | PLATEFORM POUR UNE AGRICULTURE | SOCIALEMENT DURABLE | PRO NATURA | PS SUISSE | SRAKLA | SWISSAID | TERRE DES HOMMES SUISSE | UNITERRE | UNITÉ | WOLRD VISION | WWF