Le Conseil des Etats tient le cap de la CAD

Communiqué
La Petite Chambre suit le Conseil fédéral sur la coopération internationale 2017-2020. Mais dans le programme de stabilisation 2017-2019, les moyens alloués sont déjà remis en question.

Communiqué de presse d’Alliance Sud du 15 september 2016

Aujourd’hui, avec le message sur la coopération internationale 2017-2020, le Conseil des Etats a discuté les moyens alloués aux différents instruments de la coopération suisse au développement (CAD). Mais dans le programme de stabilisation 2017-2019, ceux-ci sont déjà remis en question.
Après le Conseil national, le Conseil des Etats a aussi approuvé aujourd’hui la future orientation de la coopération suisse au développement. Le message sur la coopération internationale 2017-2020 contient les crédits d’engagement de plus de 11.1 milliards CHF des différents instruments de la coopération suisse au développement : l’aide humanitaire, les projets bilatéraux et multilatéraux de la coopération Sud de la DDC, la coopération avec les pays d’Europe de l’Est, la coopération économique du Seco et, c’est nouveau, le travail de la division Sécurité humaine.
Dans deux semaines déjà, le Conseil des Etats va de nouveau se prononcer sur les moyens de la coopération internationale. Dans le programme de stabilisation 2017-2019, sa commission des finances demande des coupes additionnelles dans la coopération internationale de 300 millions CHF sur trois ans. Dans le programme proposé par le Conseil fédéral, celles-ci correspondent déjà à environ 25% des mesures d’économie - en tout près de 600 millions CHF. Si on coupe encore, le paquet va devenir un exercice de destruction unilatéral de la coopération au développement.
Comme les décisions prises dans le cadre du programme de stabilisation 2017 – 2019 ont un effet direct sur les crédits-cadre de la coopération internationale, le Conseil des Etats pourrait encore couper par la petite porte les moyens qu’il a autorisés aujourd’hui. Alliance Sud attend des membres du Conseil des Etats que, dans deux semaines, ils donnent aussi un signal clair en faveur d’une coopération au développement de la Suisse forte et qu’ils votent contre de nouvelles coupes.
Dans un monde globalisé, la Suisse doit assumer sa responsabilité. Si nous fermons les yeux devant les problèmes globaux et les faux développements, cela va coûter (plus) cher aux générations futures.