Un Conseil fédéral déséquilibré

Unternehmenssteuerreform III
Communiqué
Le Conseil fédéral a présenté sa proposition de budget fédéral 2018, sous le titre « un résultat équilibré ». Il s’agit en réalité d’un paquet d’économies complètement unilatéral qui devrait aller aux dépends de la coopération au développement.

Communiqué de presse d’Alliance Sud du 28 juin 2017

Les coupes visées par le Conseil fédéral dans le budget 2018 pourraient difficilement être moins équilibrées. Dans la défense nationale il est prévu d’augmenter les dépenses de 2.8%, alors que les dépenses pour la formation devraient stagner. En agriculture le Conseil fédéral prévoit certes des coupes d’environ 3%, mais on voit difficilement comment le Parlement, dans sa composition actuelle, pourrait les accepter.

En 2016, environ 150 millions de francs ont déjà été coupés dans la coopération internationale. Le Conseil fédéral avait promis que les dépenses augmenteraient de nouveau rapidement. Pourtant maintenant il veut de nouveau couper 150 millions, ce qui correspond à une réduction additionnelle de 2% par rapport à 2017. Une fois de plus, c’est l’engagement de la Suisse en faveur d’un monde juste et de la paix qui va en faire les frais. Les mesures d’économie vont aller aux dépends de l’aide humanitaire et de la coopération au développement à long terme et toucher aussi bien la coopération bilatérale que multilatérale, par exemple les programmes de développement de l’ONU. Seule l’aide d’urgence immédiate et la promotion de la paix sont épargnées.

La coopération au développement n’est pas seulement synonyme de solidarité, elle est aussi stratégiquement indispensable pour le bien-être de la Suisse. Elle donne des perspectives de vie dans les pays pauvres et fragiles, elle sert à prévenir l’extrémisme violent, les conflits armés et la fuite et elle sert aussi l’économie suisse, fortement orientée vers l’extérieur. Malgré cela, c’est précisément ici que le Conseil fédéral veut couper. Stratégiquement, c’est simplement déraisonnable. La population suisse pense pourtant plus loin : Dans l’étude sur la sécurité 2017 de l’ETH (en allemand), seuls 12% des sondés pensent que la Suisse dépense trop peu pour sa défense. Par contre, 65% exigent que la Suisse donne plus d’aide au développement pour assurer ses intérêts et contribuer à la sécurité du monde.

Pour plus d‘informations: Mark Herkenrath, directeur d‘Alliance Sud, 078 699 58 66.