Le groupe de Visegrad, 30 ans après. Pierre Buhler