Place financière : il faut maintenant des lois

10.11.2020
Communiqué
Les résultats du test de compatibilité climatique de l'OFEV publiés le 9 novembre confirment l'échec de la politique actuelle du Conseil fédéral qui consiste à s'appuyer sur des mesures volontaires.

Communiqué de presse de l'Alliance Climatique Suisse

Avec ses investissements et ses financements, le secteur financier continue à promouvoir un réchauffement climatique qui dépasse largement l'objectif climatique de l’accord de Paris, à savoir un maximum de 1,5 degré. L'Alliance climatique demande des réglementations.


Le rapport de l'OFEV confirme que le comportement d'investissement des banques, des compagnies d'assurance et des fonds de pension continue d'empêcher la Suisse d'apporter sa juste contribution à la réorientation des flux financiers conformément à l’accord de Paris sur le climat.


Le rating climatique des caisses de pension, de la Suva et de l'AVS publiée le 1er novembre par l'Alliance climatique montre que 92 % du capital de prévoyance n'est pas investi de manière compatible avec la protection du climat. Trois ans après la ratification de l'accord de Paris sur le climat par la Suisse, les fonds de pension ignorent encore largement les risques climatiques. Seuls 8 % des avoirs de prévoyance de la Suisse sont investis par des institutions qui concentrent leurs investissements sur une réduction conséquente des émissions de gaz à effet de serre financées.


«Les banques ne doivent pas donner d'argent aux entreprises qui produisent ou brûlent des combustibles fossiles particulièrement nocifs comme le charbon, le pétrole ou le gaz», déclare Peter Haberstich, directeur de campagne pour le climat et la place financière de Greenpeace Suisse. «Dans la situation actuelle, il n'y a aucune légitimité pour de telles sources d'énergie.»


L'UE est en avance sur la Suisse : les banques, les fonds de pension et les autres acteurs financiers doivent divulguer leurs stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre qu'ils financent. Cette mesure oblige le secteur financier à éviter la perte de valeur imminente des investissements dans les entreprises de l'économie fossile.


«L'Alliance climatique demande au Conseil fédéral et aux responsables politiques d'intégrer immédiatement et intégralement dans le droit suisse les dispositions de l'UE relatives à une meilleure gestion des risques financiers liés au climat et à la réorientation des flux financiers», déclare Christian Lüthi, directeur de l'Alliance climatique : «L'approche de laisser-faire qui prévalait jusqu'ici doit être remplacée par une gestion active. Les institutions financières doivent être obligées de divulguer les émissions de gaz à effet de serre qu'elles financent. Les banques, les compagnies d'assurance, les gestionnaires d'actifs et les fonds de pension doivent définir des plans d'action contraignants pour garantir que leurs activités sont respectueuses du climat.»
 
 

Pour de plus amples informations et questions


•    Christian Lüthi, directeur, Alliance climatique, Tel. +41 76 580 44 99, [email protected]


•    Peter Haberstich, directeur de campagne pour le climat et la place financière de Greenpeace Suisse, Tel. +41 76 337 44 49, [email protected]