Amérique centrale : pseudo-démocraties / coord. par Gilles Bataillon, Benjamin Moallic, Garance Robert

Livre
Plus de trente ans après les accords de paix régionaux d’Esquipulas (1987), les guerres internes qui ravageaient les pays centre-américains ont certes partout pris fin. Pourtant, les démocraties qui ont vu le jour dans l’ensemble de l’isthme semblent réunir toutes les caractéristiques de ce que Weber appelait des « pseudo-démocraties ». En effet, le Guatemala, le Honduras, le Salvador et le Nicaragua paraissent aujourd’hui pris dans des logiques socio-politiques à tout le moins contradictoires. Ces quatre pays sont, d’une part, en proie à des phénomènes de violences prosaïques et de corruption qui, sauf au Salvador, vont de pair avec la renaissance de régimes tyranniques. Un grand nombre des habitants du Honduras, du Salvador et du Guatemala choisissent d’émigrer aux Etats-Unis pour fuir ces situations, tandis que les Nicaraguayens s’exilent massivement au Costa Rica. Parallèlement, jamais le sentiment du « droit à avoir des droits », selon la formule consacrée d’Hannah Arendt, n’a semblé si présent dans l’ensemble de ces pays. [Ed.]