Classe, sexe et race : aux racines des mouvements migratoires / [éd.] GRESEA

Livre
Le meurtre de Semira Adamu avait révélé au grand public l’importance des droits des femmes en matière d’asile. Vingt ans plus tard, les autorités belges ne reconnaissent toujours pas les violences de genre dans les procédures d’asile. Hier comme aujourd’hui, les femmes prolétarisées des anciennes colonies restent les principales victimes des violences structurelles et des inégalités. Mais, comme l’était Semira, elles sont également des résistantes. C’est l’histoire de femmes, au cœur du combat contre le capitalisme patriarcal et raciste, que révèle le Gresea Échos qui vient de paraître. [éd.]