Agenda 2030 : Objectifs de développement durable

E-Dossier
Pour faire suite aux Objectifs du Millénaire, un nouveau programme mondial pour éradiquer la pauvreté et poursuivre un avenir durable a été adopté à l’unanimité en septembre 2015 par les membres des Nations Unies.

Les Objectifs du Millénaire ont été le premier consensus mondial déterminant des objectifs communs pour le développement durable. Ce fut le premier pacte onusien affirmant dans des visées concrètes  les liens entre le développement économique, le développement social et la protection de l’environnement. Jusque-là, le développement durable n’était qu’un concept de chercheurs ou de militants (dès la fin des années 80), voire un argument politique (depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992). Avec les Objectifs du Millénaire, il devient un concept opérationnel.  

Après un bilan plutôt critique des résultats obtenus par les Objectifs du Millénaire, l’ONU a mis en place un nouveau processus de travail, avec l'ambition de créer un véritable consensus global sur les objectifs à poursuivre entre 2015 et 2030. Un Groupe de personnalités de haut niveau a réuni tous les acteurs du développement (les Etats, mais aussi les entreprises et la société civile) pour déterminer les 17 Objectifs du développement durable (ODD) qui guideraient le développement mondial jusqu’en 2030. Hormis la nouveauté de ce processus d’élaboration, l’Agenda 2030, adopté le 25 septembre 2015, présente une autre innovation de taille, qui représente un véritable changement de paradigme dans la pensée du développement : il n’existe plus de fracture entre des pays dits développés et des pays en développement. Tous les pays sont à considérer comme en voie de développement durable, y compris donc la Suisse. Enfin, l'Agenda 2030 propose également des outils pour le monitoring des progrès effectués.

Si les innovations de l’Agenda 2030 soulèvent un certain enthousiasme, la complexité du résultat laisse certains sceptiques. Finalement, tous les objectifs sont interdépendants et certains sont carrément contradictoires. Vouloir tout dire, n’est-ce pas, à la fin, ne plus rien dire du tout ? Dans tous les cas, le processus mis en place par l’ONU, qui donne la parole à des acteurs auparavant ignorés, ainsi que les 17 ODD obtenus ne laissent pas indifférent et suscitent à leur publication de nombreux commentaires.

L’un des enjeux majeurs pour la mise en œuvre des ODD est la question du financement, puisqu’il paraît clair aux yeux de tous que les ressources des Etats ne seront pas suffisantes. Cette situation implique qu’il faudra forcément s’adresser au secteur privé, et surtout les plus grandes multinationales, dont le pouvoir économique dépasse de loin celui de la majorité des Etats : une contradiction dans les termes ?  

Malgré les doutes et les critiques légitimes, on ne saurait renier à l'Agenda 2030 ce qui est probablement sa plus grande vertu, à savoir de fédérer autour de lui de nombreuses initiatives d'individus et d'organisations, dans le monde entier, tou.te.s porté.e.s par une volonté commune de diriger le monde vers un développement plus durable et plus juste et qui trouvent là un vocabulaire commun et un outil de réseautage.

Bibliothèque

3
Thèmes