Le soja

Zoom
Le soja est une plante controversée. Certaines personnes se méfient de l’impact environnemental de sa consommation. Pourtant, le soja est majoritairement cultivé pour le secteur de l’élevage et se retrouve sous plusieurs formes dans nos assiettes.

Le soja est connu comme une plante miracle, riche en protéines. Elle est cultivée depuis des milliers d'années et resprésente actuellement 6% des terres agricoles du monde. Mais ce miracle a aussi ses inconvénients.

Multiples utilisations du Soja

Toute la production de soja est largement consommée par l'élevage, qui consomme 70 à 75% de la récolte mondiale. Cette production participe grandement au changement climatique. Le reste est utilisé comme nourriture pour nous humains - principalement l'huile de soja, que l'on trouve dans des nombreux aliments transformés tels que les vinaigrettes, les mayonnaises ou dans le chocolat. On produit également de la lécithine à partir de l’huile de soja, utilisée dans de nombreux produits alimentaires et cosmétiques ainsi que dans le domaine médical. Comme d’autres huiles végétales, l’huile de soja est utilisée pour produire du biodiesel qui est plus efficace que l’éthanol de maïs. Ce carburant reste toutefois très controversé. 

En moyenne, 90% de la récolte est transformée en farine et 10% en huile. La farine sert ensuite principalement à la fabrication de nourriture pour animaux et finit dans des mangeoires pour poulets, boeuf et porcs. Seul un petit pourcentage de cette farine se retrouve caché dans nos assiettes.

Impacts sociaux et environnementaux 

Comme la production bovine continue d'augmenter, on produit plus de soja pour répondre aux besoins de l'élevage. Les fôrets vierges et le savanes, principalement le Cerrado et l'Amazonie, en souffrent. Le Brésil est le deuxième producteur mondial de soja, derrière les Êtats-Unis. Afin d'agrandir ses zones agricoles, le Brésil exploite et brûle de grandes étendues de ses forêts, que Jair Bolsonaro approuve. Cette destruction n'est pas seulement une grande perte de forêt vierge protégée, il affecte aussi l'environnement et la richesse de son écosystème. Le Cerrado a déjà perdu la moitié de sa végétation naturelle depuis 1950. Deux tiers du Cerrado a déjà été touché par l'homme. Le Cerrado abrite à lui seul 5% des espèces de la planète et est également densément habité par des peuples indigènes : Sans savane, pas de vie. Ces zones sont surtout utilisées pour la production de soja.

Aux Etats-Unis, Monsanto et Syngenata contrôlent une grande partie de l'agriculture, notamment avec le soja génétiquement modifié, résistant au glyphosate. Cet herbicide détruit les mauvaises herbes, tue les insectes et impacte de manière inquiétante la faune et la flore. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls utilisateurs de ce produit ; le Brésil est aussi dépendant du glyphosate pour maintenir son niveau de production. Mais la résistance à l'herbicide augmente - les mauvaise herbes et insectes parviennent à survivre petit à petit - et de noveaux herbicides plus agressifs sont nécessaires. C'est un cercle vicieux et il est difficile d'imaginer jusqu'où cette escalade va mener.

L'importation de Soja en Europe et en Suisse

L’importation de soja OGM fait l’objet de nombreuses polémiques au sein de l’UE. Jusqu'à présent, 107 OGM ont été autorisés pour la production de nourriture animal et humaine même s'ils sont mal acceptés par la France, l'Allemagne et l'Italie. Ces pays n'ont pas encore trouvé d'accord et poursuivent la discussion.

Ce soja génétiquement modifié est actuellement interdit en Suisse. Un pourcentage maximal de 0.9% d’OGM entrés "involontairement" dans le pays est toléré s’agissant du soja et du maïs. Pourtant la Suisse importe également du soja du Brésil, ce qui signifie que la viande suisse est en quelque sorte « Made in Brazil ». Toutefois cette importation est strictement contrôlée par le Réseau suisse pour le soja qui préconise l’utilisation de soja biologique en provenance d'Europe ou de Suisse.

 

Ce Zoom a été réalisé par Luca Brugger, Stagiaire AllianceSud