Attisée par les réseaux sociaux, la haine contre les musulmans en Inde trouve un « bouc émissaire » pour le coronavirus

Article en ligne
À la fin du mois de mars 2020, un nouvel hashtag a fait son apparition sur Twitter. #CoronaJihad, qui accuse les musulmans de propager le coronavirus en Inde, est apparu plus de 300.000 fois sur Twitter, début avril, et a été potentiellement vu par 165 millions de personnes selon Equality Labs, un collectif numérique de défense des droits humains basé aux États-Unis. Bien que l'Inde ait enregistré son premier cas confirmé de COVID-19 le 30 janvier, « ce n'est qu'après que l'incident du Jamaat a été rendu public que l'on a vu la [désinformation] à caractère (...)