Au Honduras et au Salvador, « les dirigeants syndicaux courent le risque d'être assassinés à tout moment »

Article en ligne
Au cours d'une journée ordinaire, Joel Almendares conseille les élèves de collège et de lycée au Honduras sur la manière d'exceller aux cours et de préparer leur avenir. Cependant, il lutte également au quotidien contre la crainte d'attaques violentes contre ses collègues syndiqués et sur sa propre personne. M. Almendares est secrétaire général de la Confederación Unitaria de Trabajadores de Honduras (CUTH), une confédération de syndicats couvrant un éventail de secteurs tels que l'agriculture, les textiles et l'éducation. Il appartient à ce dernier groupe. Avant de travailler avec les adolescents, il (...)