Biopiraterie : la stévia, un édulcorant au goût amer pour les Guaranis

Article en ligne
Utilisée pour son pouvoir sucrant et faiblement calorique, la stévia a conquis le marché de l’allégé. Mais son utilisation par les multinationales de l’agro-alimentaire relève de la biopiraterie. Plusieurs ONG viennent de lancer une campagne leur demandant de négocier avec les communautés Guaranis, détentrices de ce savoir traditionnel, pour établir un juste partage des avantages de cette manne.