À Calais, l'absurde confiscation des tentes des migrants

Article en ligne
À Calais, l’expulsion tous les deux jours des terrains occupés par les exilés se double d’une confiscation de leurs effets personnels. Tentes, duvets, documents... sont, en théorie, stockés et peuvent être récupérés. Dans les faits, huit à dix tonnes d’affaires finissent chaque mois à la poubelle. L’éloignement des journalistes lors des expulsions ne porte pas « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de la presse, a estimé le Conseil d’État mercredi 3 février. Le juge des référés a (...)