Dans les mines d'or clandestines d'Afrique du Sud, c'est « la loi de la jungle »

Article en ligne
Protégés de la pluie et du soleil par des bouts de plastique attachés à des bâtons, des dizaines de jeunes hommes musclés utilisent la force de leurs bras pour faire tourner de lourds cylindres métalliques. Il s'agit tantôt de conduits soudés, tantôt de bombonnes de gaz oblongues qui se terminent en pointe et qu'on pourrait, à première vue, prendre pour des missiles. Ces cylindres sont équipés de manivelles de fer et s'appuient sur deux supports métalliques robustes ancrés à même le sol. Leur rotation constante produit un grondement intense, de gravillon mouillé. La rumeur se mêle au brouhaha du (...)