En Hongrie, la dérégulation des heures supplémentaires déclenche une protestation sociale

Article en ligne
« Crions tous ensemble, "nous ne serons pas des esclaves !" », « N'ayons pas peur de leur dire, "nous ne serons pas des esclaves !" ». Froid polaire, mais chaude ambiance, samedi 5 janvier, à Budapest, la capitale hongroise, où a défilé un grand cortège d'environ 10.000 personnes, depuis la Place des Héros jusqu'au monumental parlement néogothique qui domine le Danube. Pour la troisième fois depuis la mi-décembre, syndicats, partis politiques et organisations civiles manifestaient en se serrant les coudes contre le gouvernement nationaliste du Premier ministre Viktor Orbán, aux commandes de la (...)