Ils seront les prochains déplacés climatiques : les Inuits d'Alaska

Article en ligne
[Cet reportage photo a été publié pour la première fois le 6 novembre 2018] Quand on leur demande combien de temps ils croient pouvoir continuer à vivre dans leurs maisons, la majorité des habitants de Kivalina sont en peine de fournir une réponse claire. Millie Hawley, directrice du département chargé de la relocalisation du village, est la seule à répondre catégoriquement : « deux ans. » Ne pas savoir combien de temps encore leur foyer restera un lieu sûr, telle est la réalité à laquelle s'affrontent les habitants de cette petite localité alaskaine. Cette ville, petite comme un (...)