La dure réalité de la rue pour les adolescentes d'Haïti

Article en ligne
« Depuis janvier 2010, je suis obligée de vivre dans les rues. Dormir sur les places publiques à même le sol, mendier pour subvenir aux besoins les plus élémentaires », raconte Marline [prénom modifié à sa demande], une jeune fille de 22 ans. Comme tous ceux qui ont emprunté cette voie, elle ne peut se défaire de son air à la fois fragile et nerveux lorsqu'on lui parle. « Je vis dans la peur, car les gens sur les places publiques nous maltraitent ». Elles sont nombreuses à faire face à cette situation, qui s'est aggravée, notamment, avec le tremblement de terre de janvier 2010 ou l'ouragan (...)