La vie sauvage arrive dans les villes, repensons les frontières

Article en ligne
Les villes s’étendent et « l’espace rétrécit », écrit l’autrice de cette chronique. Désormais les rencontres entre humains et vie sauvage — ours, sangliers, renards... — vont se multiplier et il faut « trouver de nouveaux mécanismes de préservation de la nature sauvage, sans pour autant gommer son altérité ». Corinne Morel Darleux est conseillère régionale Auvergne - Rhône-Alpes. Mercredi matin [le 8 janvier], une dépêche AFP nous apprenait que « des snipers vont abattre depuis des hélicoptères 10.000 (...)