Le coup de sang du secrétaire général de l'ONU sur les famines "fabriquées par l’Homme"

Article en ligne
Dans l’ombre de la crise du Covid-19 et de l’accélération du changement climatique, croît discrètement mais inexorablement une crise de la faim. Entre les problèmes d’approvisionnement et les pertes dues au changement climatique, 88 millions de personnes souffraient de faim extrême dans le monde. Pour Antonio Guterres, il n’y a pas de fatalisme là-dedans, c’est l’Homme qui en est responsable et le conseil de sécurité de l’ONU a la responsabilité d’agir.