Le soutien du gouvernement à l'oléoduc Trans Mountain met le Canada face à ses contradictions

Article en ligne
À quelques mois des élections fédérales canadiennes qui se tiendront en octobre, la tension monte autour du projet d'agrandissement du Trans Mountain (TMX), cet oléoduc très controversé de plus de 1.000 km qui doit tripler la capacité de transport du pétrole extrait des sables bitumineux, d'Edmonton dans l'Alberta jusqu'à Vancouver en Colombie-Britannique, à l'ouest du Canada. Le gouvernement fédéral d'Ottawa a donné son feu vert final au projet le 18 juin dernier, à la plus grande satisfaction du gouverneur de l'Alberta, province pétrolière, à la recherche de nouveaux débouchés. Mais de l'autre côté, le (...)