Les «peuples racines» face au monde et au coronavirus