L'histoire de la Bea : La culture comme résistance au Salvador

Article en ligne

Il y a un nom qui résonne incessamment dans la culture salvadorienne de ces trois dernières décennies : Celui de la Bea. Le 6 décembre 1991, peu avant la signature des accords de paix qui mettraient fin à la guerre civile qui a éclaté en 1979, Beatriz Alcaine inaugurait La Luna Casa y Arte, un espace de liberté et de création qui est devenu un havre pour les intellectuels qui, comme elle, retournaient de l'exil. Depuis ce jour, cette agitatrice sociale s'est employée à démontrer que le Salvador, en dehors de sa réputation comme l'un des pays les plus violents (...)