Vieillir au Liban sans services sociaux ni pension de retraite

Article en ligne
Saijun Inqiyan, 83 ans, est assis et laisse passer le temps comme quelqu'un qui attendrait son tour dans la salle d'attente d'un dentiste. La cantine n'est pas encore prête. Les deux cuisinières bénévoles portent des plateaux de riz, de la salade et des légumes jusqu'à « l'autel » que le père Allawi bénira bientôt pour donner à manger aux plus démunis. Une voix appelle les commensaux. M. Inqiyan se lève, avec difficulté. Ses mouvements sont maladroits et il a besoin d'une canne pour marcher. Lentement, mais (...)