Zimbabwe : Quand un gouvernement impopulaire se livre à la violence parce qu'il « craint son propre peuple »

Article en ligne
Pendant la dernière vague de manifestations contre le gouvernement, au moins 17 civils non armés ont été tués par des militaires et de nombreuses autres personnes ont été blessées, kidnappées, violées et emprisonnées, ce qui explique pourquoi les dirigeants syndicaux, les parlementaires de l'opposition et les défenseurs des droits humains vivant au Zimbabwe craignent aujourd'hui pour leur vie, d'autant plus que le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa poursuit sa violente répression. Cherchant absolument à faire taire les voix dissidentes dans un pays perturbé par des années de malaise (...)