Deux délégués pour l'Agenda 2030

Article politique
Le Conseil fédéral a élu deux délégués pour l'Agenda 2030. On ne sait toujours pas s'ils obtiennent des compétences nécessaires pour assurer une plus grande cohérence des politiques en faveur du développement durable dans la Berne fédérale.

Le Conseil fédéral a nommé Daniel Dubas et Jacques Ducrest délégués pour la mise en œuvre de l'Agenda 2030. Daniel Dubas est chef de la section Développement durable de l'Office fédéral du développement territorial (ARE) au Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), Jacques Ducrest est chef adjoint de la division sectorielle Politique étrangère (PE) du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). En outre, le Conseil fédéral a annoncé la création, le 14 décembre 2018, d'un comité directeur chargé de "piloter stratégiquement" la mise en œuvre de l'Agenda 2030. Après que le mandat de Michael Gerber, envoyé spécial pour le développement durable, n'ait pas été prolongé l'été dernier, la Suisse aura à nouveau deux contacts clairs pour les questions relatives à l'Agenda 2030.

La structure exacte du comité de gestion ainsi que les ressources et les compétences dont disposent les délégués n'ont pas encore été communiquées.  Pour faire une analyse correcte du comité directeur nous nous intéressons aux offices fédéraux qui y seront représentés et aux personnes déléguées au comité. La représentation au niveau de la direction donne au comité un poids au moins symbolique. La condition préalable à la mise en œuvre transversale de l'Agenda 2030 dans tous les départements est la représentation d'au moins un office par département.

Afin de mettre en œuvre l'Agenda 2030 et les objectifs du développement durable, les délégués et le comité de gestion doivent disposer des ressources et des compétences nécessaires. Leur rôle doit aller au-delà de la coordination des mesures adoptées et des rapports à établir. Ils ne doivent en aucun cas se contenter d'un consensus minimal entre les offices fédéraux, mais travailler de manière ambitieuse à une meilleure cohérence des politiques en faveur du développement durable.

Le Conseil fédéral définit la Stratégie pour le développement durable comme l'instrument de mise en œuvre de l'Agenda 2030. A l'avenir, cette stratégie devra de plus en plus tenir compte des effets transfrontaliers des décisions politiques nationales. L'Agenda 2030 pour le développement durable est un projet mondial qui ne peut être mis en œuvre isolément à l'intérieur des frontières nationales existantes. Les décisions en matière de consommation, de production, de commerce et d'investissement influencent le développement dans d'autres pays et peuvent avoir un impact positif ou négatif sur leur durabilité. En conséquence, la Suisse partage la responsabilité de la réalisation des objectifs globaux de l'Agenda 2030, dont la mise en œuvre en Suisse exige que la mise en œuvre dans d'autres pays soit encouragée et non entravée.