Alliance Sud : « Le train au lieu de l’avion ! »

Définir dès maintenant la voie de l'avenir.
Communiqué
Le 8 mai, le Conseil national devrait débattre d'une motion demandant une «Stratégie de transfert des vols de courte distances ». Avec plus de 70 organisations Alliance Sud recommande que la motion soit adoptée par le Conseil national.

Communiqué de presse de actif-trafiC du 2 mai 2019

Le train au lieu de l’avion

C’est très probablement mercredi 8 mai prochain que le Conseil national traitera la motion 17.3414 « Stratégie de transfert des vols de courte distance ». Le parlement aura ainsi la possibilité de montrer qu’il entend s’engager sérieusement pour la protection du climat. Les associations actif-trafiC, ATE Suisse, WWF Suisse, la Fondation suisse pour l’énergie (SES), la coalition CESAR (Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable), Alliance Sud et l’Alliance climatique suisse (regroupant plus de 70 organisations) recommandent au Conseil national d’accepter la motion de Thomas Hardegger (PS).

Depuis des mois, les rues suisses résonnent du slogan : « La seule chose qui doit fondre, c’est la fondue !». Les protecteurs·trices du climat ont obligé les partis bourgeois à un engagement rhétorique en faveur du climat. Maintenant, pour la première fois depuis le début des manifestations, le Conseil national peut traduire ces paroles en actes, en acceptant la motion 17.3414 « Stratégie de transfert des vols de courte distance » de Thomas Hardegger (PS). Le Conseiller national Hardegger déclare : « Comme pour l’initiative des Alpes il faut fixer un objectif de transfert des vols par avion au rail ».

Mesures d’urgence requises !
Le trafic aérien est responsable de plus de 18% des émissions de gaz à effet de serre anthropogènes en Suisse - avec une tendance très nette à la hausse. Sans mesures concrètes, le trafic aérien deviendra le premier secteur responsable du changement climatique en Suisse d’ici 2030. La motion de Thomas Hardegger prévoit de renchérir les vols à courte distance, tout en rendant le transport ferroviaire plus attrayant. Grâce à ce transfert de l‘avion au train, il sera possible d’économiser d’importantes quantités de gaz à effet de serre et par là de réduire l’impact sur l’environnement. Un voyage en avion de Genève à Berlin en avion impacte 30 fois plus le climat que le même trajet parcouru en train (de nuit), selon les calculs du WWF Suisse.

Silas Hobi, secrétaire général d’actif-trafiC : « 80% des destinations cible des vols depuis la Suisse se trouvent en Europe et pourraient être aisément jointes en train, en respectant l’environnement. »

Patrick Hofstetter, chef de projet climat du WWF Suisse : « Celles et ceux qui volent devraient aussi payer les coûts effectivement causés. »

Jürg Staudenmann, responsable politique climat et environnement chez Alliance Sud : « Les recettes permettraient de soutenir des mesures urgentes en matière de protection du climat, conformément au principe du pollueur-payeur. »


C’est le bon moment !
Florian Brunner, chef de projet énergies fossiles & climat de la SES : « La population est largement favorable à une taxe sur les billets d’avion. ».

Christian Lüthi, secrétaire général de l’Alliance climatique suisse : « Sans une politique climatique ambitieuse poursuivant également l’objectif de réduire les émissions engendrées par le trafic aérien, la Suisse ne pourra pas atteindre les objectifs climatiques ratifiés à Paris. »

Yves Chatton, responsable de campagne de l’ATE et secrétaire général de la coalition CESAR : « Les objectifs climatiques de Paris entendent limiter le réchauffement climatique à nettement moins de 2 degrés et encore mieux à 1,5 degrés Celsius par rapport à l’ère pré-industrielle. Pour y arriver, la Suisse doit urgemment adapter sa politique des transports. »

Pour tout renseignement complémentaire :
Silas Hobi, secrétaire général d’actif-trafiC, [email protected] 079 899 09 18
Yves Chatton, responsable de campagne de l’ATE, [email protected] 031 328 58 64