Stress test climatique pour la place financière

Communiqué
La Banque nationale suisse (BNS) encourage une augmentation catastrophique de la température de 4 à 6 degrés. Lors de l'Assemblée générale du 27 avril l'Alliance climatique appelle à un stress test climatique et publie des recommandations.

Communiqué de presse de l'Alliance climatique du 23 avril 2018

La Banque nationale suisse (BNS) encourage une augmentation catastrophique de la température de 4 à 6 degrés. Cela va à l'encontre de ses propres directives, qui excluent les placements dans des entreprises qui causent systématiquement de graves dommages à l'environnement. Lors de l'Assemblée générale du 27 avril, l'Alliance climatique appelle à un stress test climatique et publie des recommandations concrètes sur la manière dont la stabilité du système financier et le climat pourraient être protégés.

Les investissements en actions de la BNS produisent des émissions annuelles de CO2 aussi élevées que celles de l'ensemble de la Suisse, favorisant une augmentation de la température de 4 à 6 degrés. Les émissions de gaz à effet de serre sont imputables principalement aux entreprises de charbon, de pétrole et de gaz naturel. La BNS utilise son argent pour financer l'exploration, le développement et la production de nouveaux gisements de combustibles fossiles. Ceci est également confirmé par une nouvelle étude réalisée par les Artisans de la Transition en collaboration avec Fossil-Free, qui sera publiée le mardi 24 avril.

La BNS évite toujours la question des risques climatiques, même si la Suisse a ratifié l'année dernière l'Accord de Paris sur le climat. Outre la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le renforcement de l'adaptation au changement climatique, l'Accord établit la réorientation des flux financiers comme troisième pilier équivalent, de sorte que l'objectif d'un réchauffement bien inférieur à 2 degrés puisse être atteint.

« La BNS doit soumettre la place financière suisse à un stress test climatique », explique Christian Lüthi, directeur de l'Alliance climatique suisse. « Plus la BNS tarde à prendre des mesures efficaces, plus la crise du système financier suisse peut survenir soudainement. »

L'Alliance climatique, une association de 73 organisations actives dans les domaines de l'environnement, du développement et des questions sociales, a publié des recommandations spécifiques (voir annexe) sur la manière dont la BNS peut protéger la stabilité du système financier suisse et le climat.

« L'Accord de Paris sur le climat ne peut être mis en œuvre sans la décarbonisation de la BNS » déclare Christian Lüthi. La Banque centrale européenne et huit banques centrales et autorités de surveillance d'Angleterre, de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Suède, de Chine, de Singapour et du Mexique ont déjà déclaré vouloir jouer leur rôle de premier plan dans la protection du climat.
 

Pour de plus amples renseignements

  • Christian Lüthi, Directeur, Alliance climatique suisse, +41 76 580 44 99
  • Sandro Leuenberger, Responsable de projets, Alliance climatique, +41 79 941 30 19

Experts ayant participé à l'élaboration des « Recommandations sur les risques climatiques » :

  • Prof. Sergio Rossi, Chaire de macroéconomie et d'économie monétaire, Université de Fribourg, 079 293 94 06
  • Prof. Marc Chesney, Head of Dept. of Banking and Finance, Université de Zürich, 044 634 45 80 / 634 41 07 (Secr.)
  • Prof. Philippe Thalmann, économie de l'environnement, du développement durable et du changement climatique, EPFL Lausanne, 021 693 73 21
  • Prof. Stefano Battiston, dynamique des systèmes financiers, founder FINEXUS Center for Financial Networks and Sustainability, Dept. of Banking and Finance, Université de Zürich, 044 634 40 58
  • Prof. Anthony Patt, Dept. of Environmental Systems Science, Climate protection and adaption to climate change, ETH Zürich, 044 632 58 21

Recommandations à la Banque nationale suisse sur la gestion des risques climatiques

L'Alliance climatique formule les recommandations suivantes à l’encontre de la BNS. Afin que l’institution puisse remplir son mandat d'une manière respectueuse du climat et accomplir sa mission d’assurer la stabilité financière en tenant compte des risques climatiques :

  1. Dans une lettre publique, la BNS s'engage à respecter l'Accord de Paris sur le climat et les Objectifs de développement durable de l’ONU et annonce les premières étapes.
  2. Elle développe des principes qui permettent de maîtriser les risques climatiques dans le contexte du maintien de la stabilité du système financier.
  3. Elle commence par des tests de stress climatique et des analyses de scénarios pour le secteur financier suisse - compagnies d'assurance, banques, caisses de pension - et publie des mesures visant à contenir les risques macroéconomiques.
  4. Elle évalue l'exposition de ses propres investissements aux risques climatiques.
  5. Elle étend ses directives de placements afin d'exclure les investissements dans des entreprises qui causent systématiquement de graves dommages climatiques.
  6. Elle détermine et publie les émissions de CO2 de ses portefeuilles-titres et évalue leur alignement avec un scénario de 2°C.
  7. Elle rend publiques les mesures qu'elle entend prendre pour atteindre la trajectoire de compatibilité avec un scénario de 2°C en temps utile et réduire les émissions de CO2, ainsi que la manière dont elle mesurera leur succès.
  8. Elle commence par désinvestir des entreprises de charbon et de celles ayant les plus grandes réserves d'énergie fossile selon la liste Carbon Underground 200.
  9. Pour les autres secteurs exposés aux risques climatiques (par exemple les producteurs d'électricité, les équipementiers d'entreprises d'énergie fossile ou les constructeurs automobiles), elle adopte à titre complémentaire une approche « best in class ». Elle soutient les entreprises qui mettent résolument en œuvre la transition énergétique (par exemple avec la conversion aux énergies renouvelables).

 

Renseignements de base : Risques climatiques de la BNS

Une étude publiée en décembre 2016 par les Artisans de la Transition montre que les investissements en actions de la BNS produisent des émissions annuelles de CO2 aussi élevées que celles de l'ensemble de la Suisse. La BNS promeut un scénario climatique de 4 à 6 degrés qui est loin de l’Accord de Paris de 2015, ratifié par la Suisse, qui vise à limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés Celsius. Cette constatation est confirmée par une nouvelle étude des Artisans de la Transition, qui sera publiée le mardi 24 avril en collaboration avec Fossil-Free.

En avril 2017, dans une lettre ouverte, 135 personnalités issues de la recherche en sciences naturelles et de l’environnement, économie et finance, droit et éthique en durabilité, de milieux religieux, d’associations caritatives, d’organisations environnementales et de la politique demandaient à la BNS de renoncer à ses investissements dans des entreprises qui exploitent le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

Dans une initiative parlementaire présentée en juin 2017 pour modifier la Loi sur la Banque nationale, la conseillère nationale Adèle Thorens propose que la conservation durable des ressources naturelles soit clairement inclue dans le mandat d'appui à la politique économique générale du gouvernement fédéral.  

 

Action de rue à l’AG de la BNS du 27 avril

A l'occasion de l'Assemblée générale annuelle de la BNS le 27 avril à Berne, une action de rue sera organisée par les Grands-parents pour le climat et fossil-free.ch, membres de l'Alliance climatique suisse.

Date et heure : Vendredi 27 avril à 9h45.
Lieu : Entrée Kursaal Bern, Kornhausstrasse 3, 3013 Berne.

                                                                                
Les 73 membres de l’Alliance climatique :

A Rocha Suisse
ACG Association Climat Genève
ACSI - Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana
Actares - Aktionariat mit Verantwortung
aefu - Ärztinnen und Ärzte für Umweltschutz
Alliance Sud
Alpen-Initiative
Alternatiba Léman
Artisans de la Transition
Biomasse Suisse
BirdLife Schweiz
Brot für alle
Bruno Manser Fonds
Campax
CCJS Coordination Climat Justice Sociale
CIPRA
Comundo
Eaternity
Evangelische Frauen Schweiz
Fastenopfer
Fondation Antenna Technologies
Fossilfree
Generation Klima Schweiz
GIBB Gesundes Haus / Gibbeco
GLP
Grands-Parents pour le Climat
Greenbuzz
Greenpeace
Grüne Partei
Grüner Fisch
Hausverein
HEKS
Helvetas
Incomindios
Integrale Politik
INWO
Junge Grüne
Kleinbauern-Vereinigung
KlimaSeniorinnen
Mountain Wilderness
myblueplanet
myclimate
Naturfreunde Schweiz NFS
Noé21
Oeku Kirche und Umwelt
Ökozentrum Langenbruck
PanEco
Partner Sein
Pro Natura
Pro Velo
Protect Our Winters
Public Eye
Religiöse Gesellschaft der Schweizer Quäker
SES
SEV Gewerkschaft des Verkehrspersonals
SGB Schweizerischer Gewerkschaftsbund
SKF Schweizerischer Katholischer Frauenbund
SKS Stiftung Konsumentenschutz
SolarSpar
Solidar Suisse
SP Schweiz
SSES
SSF Schweiz. Schutzverband gegen Flugemissionen
Swissaid
Swissolar
SYFC Swiss Youth for Climate
Terre des hommes
Thinkpact Zukunft
umverkehR
vbu Vereinigung Bündner Umweltorganisationen
VCS
WWF
Zukunft statt Kohle