Un remplacement inapproprié de la Loi chocolatière