Participez aux élections du changement !

Mark Herkenrath, directeur d'Alliance Sud.
Article global
Compte tenu des défis auxquels la Suisse est confrontée dans le monde, la campagne électorale a été étrangement fade. Quiconque estime que nous avons besoin du changement ira voter le 20 octobre - non sans inciter son entourage à en faire de même !

Il ne reste que quelques jours avant l'élection du nouveau Parlement qui façonnera la politique de la Suisse pour les quatre prochaines années. Après une législature jugée de part et d’autre perdue, gâchée ou dilapidée, l'espoir renaît. Chaque élection revient à opter pour une orientation mais on peut cette fois également parler d’élections du changement – à juste titre. Un changement est en effet nécessaire : des millions de personnes l’ont réclamé partout dans le monde ces dernières semaines. Elles sont convaincues que le modèle économique basé sur la consommation de combustibles fossiles a atteint ses limites. Elles ont de solides alliés parmi les scientifiques mais bien moins dans les cercles politiques étroitement liés aux intérêts économiques. Il y a toutefois lieu de nuancer : de plus en plus de représentants des milieux économiques ont reconnu la gravité de la situation et compris que si l’on ne s’engageait pas dès à présent sur la voie de la transformation et du développement durable, il n'y aura bientôt que des perdants ; or cela risque d'entraîner des réprobations difficiles à évaluer.

L'année prochaine, le nouveau Parlement adoptera deux projets décisifs : la révision totale de la loi sur le CO₂ et le Message sur la coopération internationale de la Suisse 2021-2024. La nouvelle loi sur le CO2 doit permettre de mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat, et ce sans concession, tandis que le Message sur la coopération internationale a pour objet premier de savoir si la Confédération entend apporter sa contribution à la lutte contre la pauvreté dans le monde ou si la coopération au développement doit d’abord servir à la promotion du commerce extérieur. Switzerland first ou solidarity first ?

Organisation indépendante des partis politiques, Alliance Sud ne fait aucune recommandation de vote. En revanche, elle sait très bien dans quels partis elle peut compter sur quel soutien. Smartvote a demandé aux candidats à un siège parlementaire s’il fallait introduire une taxe sur les carburants et si la Confédération devait dépenser davantage ou moins pour la coopération au développement. Les réponses de certains partis bourgeois et du centre ont été remarquablement hétérogènes, raison pour laquelle il vaut la peine d'examiner de plus près les profils des candidats.

Compte tenu des défis auxquels la Suisse est confrontée dans le monde, la dernière campagne électorale a été étrangement fade et sans inspiration. Les touches colorées ont été essentiellement le fait de la société civile. Mais la majorité de celles et de ceux qui ont le droit de vote se tient encore passivement à l'écart. Plus la Suisse s'est enrichie au XXe siècle, moins sa population est allée voter. Voilà un siècle, 80.4 % de celle-ci se rendait aux urnes. La dernière fois que plus de 50 % de la population a voté, c’était en 1975. Quiconque estime que nous avons besoin du changement maintenant ira voter le 20 octobre - non sans inciter son entourage à en faire de même !