Depuis 50 ans au service d’une Suisse solidaire

Bernd Nilles, président d’Alliance Sud et directeur de l’Action de Carême
5.10.2021
Article global
Au cours de ces 50 années, Alliance Sud a souvent bousculé les milieux politiques et contribué à l’élargissement et au perfectionnement de la coopération au développement. Et elle a toujours œuvré pour une Suisse solidaire.

Alliance Sud a 50 ans, la DDC 60, tout comme l’Action de Carême, et l'EPER souffle 75 bougies : voilà quelques décennies un vent de renouveau se levait pour une responsabilité mondiale. Y a-t-il une raison de faire la fête aujourd'hui, ou plutôt de ne pas la faire, vu les nombreux problèmes non résolus sur cette planète ? De nouveaux défis et crises apparaissent constamment – et c’est une véritable course contre la montre s’agissant de la crise climatique.

Lorsque nos pères et mères fondateurs ont créé la Communauté de travail Swissaid / Action de Carême / Pain pour le prochain / Helvetas en août 1971, peu après l'introduction du suffrage féminin, ils étaient sûrement loin de se douter que le périple allait durer cinq décennies. L’accent a d’abord été mis sur l'information de la population suisse sur la situation dans les pays en développement et sur les interdépendances mondiales ; ce n'est que plus tard, dans les années 1980, que les activités de politique de développement sont venues compléter le tableau. L'intuition précoce qu’un tournant à long terme ne pouvait être négocié que par des changements au Nord et au Sud était visionnaire, et c'est un succès historique d'Alliance Sud que d'avoir pu faire parler les œuvres suisses d’entraide d’une même voix crédible en matière de politique de développement.

Je profite de cette occasion pour remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à écrire cette histoire et à la rendre possible. Au cours de ces 50 années, Alliance Sud a souvent bousculé les milieux politiques et contribué à l’élargissement et au perfectionnement de la coopération au développement. Et elle a toujours œuvré pour une Suisse solidaire.

Alliance Sud est également prête à poursuivre son développement. Elle s’est attelée à cette tâche en 2021 ; à l'avenir, elle concentrera donc davantage ses efforts sur les activités de plaidoyer pour déployer des effets ici. L’approche semble adéquate vu la persistance des défis et des injustices dans le monde, particulièrement là où la politique suisse porte une part de responsabilité. Le pouvoir et l'influence du secteur économique restent en outre disproportionnés et conduisent souvent à des décisions politiques prises au détriment des populations et de l'environnement. Dans ce contexte, il devrait être légitime de se demander pourquoi des conseillères et conseillers fédéraux appellent aujourd’hui à une implication politique accrue de l'économie, alors qu’en parallèle, on tente de rogner la marge de manœuvre de la société civile. Le Conseil fédéral et le Parlement ne devraient-ils pas veiller à ce que chacune et chacun, en Suisse, puisse et doive participer à la vie politique ?

Ce qui est bon pour l'économie ne l’est pas forcément pour la Suisse et le monde. Des décisions politiques judicieuses et durables dépendent aussi des voix des citoyens et de la société civile – nous n’avons eu cesse de le souligner au fil du demi-siècle passé. Grâce à notre expertise, au dialogue et au débat, nous voulons continuer à jouer un rôle actif à l’avenir, et à défendre la justice mondiale.