Politique

Agenda 2030

Alliance Sud s’engage, dans ses six axes de travail, pour une politique suisse cohérente et inspirée de l’Agenda 2030 de l’ONU. Ce cadre d’une nouvelle « politique intérieure mondiale », adopté en automne 2015 par 193 chefs d’Etat et de gouvernement, fixe 17 objectifs de développement durable (ODD). Ceux-ci visent un équilibre durable et équitable entre le volet social, environnemental et économique – aujourd’hui et pour les générations futures. Le Nord et le Sud y ont les mêmes devoirs ; les intérêts globaux et nationaux ne doivent pas être opposés les uns aux autres. En association avec d’autres organisations non gouvernementales, Alliance Sud examine la façon dont la Suisse met en œuvre les ODD.
Consultation
26.4.2018

Lobbying : Egalité de traitement pour tous

Alliance Sud s’engage pour l’égalité des chances, même dans le lobbying. Les représentants d’intérêts idéaux financièrement faibles ne doivent pas être défavorisés. Prise de position sur la proposition de la commission.
Article GLOBAL+
26.3.2018

« Un compromis bien suisse » serait désastreux

Un désaccord règne au sein de l’administration fédérale sur la question de savoir qui prendra la responsabilité de l’Agenda 2030. Il faut que ça soit un ancrage de haut niveau – par exemple via un délégué directement subordonné au Conseil fédéral.
Article politique
21.2.2018

FSM : agonie ou résurrection ?

Du 13 au 17 mars se tiendra à Salvador de Bahia une autre édition du Forum social mondial (FSM). Interview avec Bernd Nilles, directeur de l'Action de carême.

Politique de développement

Alliance Sud suit et analyse la politique de coopération au développement, dominée par les pays industrialisés. Elle soutient l’intérêt des pays en développement et de leurs populations à influencer le façonnement de cette politique sur un pied d’égalité, dans le cadre de l’ONU. En Suisse, Alliance Sud s’engage pour une coopération au développement qui a du sens et n’est pas utilisée à mauvais escient pour des objectifs de politique extérieure, intérieure ou diplomatiques. Le but d’Alliance Sud est aussi que la Suisse, comme convenu sur le plan international, alloue 0.7% du revenu national brut à la coopération au développement.
Communiqué
10.4.2018

Recul massif du financement du développement

La Suisse rate nettement l’objectif qu’elle s’est elle-même fixé en matière de coopération au développement. Alors que le niveau de l'APD dans les pays de l’OCDE est resté juste stable, la Suisse doit annoncer un recul très net de 14%.
Article GLOBAL+
26.3.2018

Économiser pour ceux qui restent à la maison

En 2014, les transferts de fonds des migrants ont atteint un nouveau record : près de 600 milliards USD ont été envoyés vers des pays d’origine. Mais les données disponibles sont opaques et le débat sur les avantages s'avère complexe.
Vidéo
14.2.2018

La DDC et les partenariats public-privé

La Direction du développement et de la coopération (DDC) veut multiplier ses partenariats public-privé. Interview à la RTS La Matinale avec Eva Schmassmann, responsable du dossier politique du développement d'Alliance Sud.

Climat et environnement

Alliance Sud s’engage pour une politique environnementale et climatique suisse qui respecte les limites planétaires et atmosphériques. La base, ce sont les objectifs de développement durable et l’Accord sur le climat de Paris, qui vise à limiter le réchauffement global à 1.5 – 2.0°C par rapport au niveau d’avant l’ère industrielle. La Suisse ne doit pas seulement réduire ses émissions de CO₂ à zéro d’ici 2040, mais aussi reconnaître sa part de responsabilité pour les causes et les conséquences du changement climatique global. Pour les surmonter, le Sud a besoin de soutien. Alliance Sud exige de la Suisse un engagement financier renforcé par rapport à la coopération au développement traditionnelle ; le financement du climat ne doit pas se faire aux dépends de la lutte contre la pauvreté, la formation et la santé.
Communiqué
15.5.2018

La Suisse ignore les objectifs climatiques

La Commission de l'environnement du Conseil national a discuté des buts et objectifs de la nouvelle loi sur le CO2 - et en même temps la pétition sur le climat. Elle ignore les demandes de plus de 100 000 personnes ainsi que les objectifs de Paris.
Vidéo
25.4.2018

Banque nationale, désinvestissez maintenant !

Tempêtes, famines et, en conséquence, une migration climatique d’une ampleur inconnue – c’est la menace que fait planer l’augmentation du changement climatique. La combustion d’énergies fossiles doit s’arrêter. La clé est entre les mains des banques.
Communiqué
23.4.2018

Stress test climatique pour la place financière

La Banque nationale suisse (BNS) encourage une augmentation catastrophique de la température de 4 à 6 degrés. Lors de l'Assemblée générale du 27 avril l'Alliance climatique appelle à un stress test climatique et publie des recommandations.

Politique fiscale et financière

Alliance Sud s’engage pour une politique fiscale et financière suisse en syntonie avec un développement durable du monde. En tant que membre de la Global Alliance for Tax Justice, elle lutte contre l’évasion fiscale des personnes physiques et des multinationales sur le plan mondial, car l’évasion fiscale mine la démocratie et le bien-être partout. En cela, la Suisse, qui continue à être la plus grande place financière offshore du monde, a une responsabilité particulière.
Communiqué
25.5.2018

Projet fiscal 17 : Non à la responsabilite globale

Alliance Sud critique la proposition de la commission préparatoire du Conseil des Etats sur le Projet fiscal 17. La Commission de l’économie fait fi de la responsabilité de la Suisse en tant que place financière et siège de nombreuses mulitnationales
Consultation
27.4.2018

Transparence fiscale : la Suisse hésite

Dans leur position commune, Alliance Sud et Public Eye saluent que le Conseil fédéral entend mettre en oeuvre les recommandations du «Global Forum on Transparency for Tax Purposes». Mais des améliorations sont nécessaire.
Communiqué
21.3.2018

Projet fiscal 17 : une refonte totale, maintenant

Avec le projet de réforme de l’imposition des entreprises publié aujourd’hui, le Conseil fédéral passe de Charybde en Scylla et confirme le modèle économique parasitaire de la Suisse comme site d’implantation de multinationales.

Commerce et investissements

Alliance Sud analyse les règles commerciales internationales et s’engage pour qu’elles soient plus équitables. Au lieu des négociations dans le cadre multilatéral de l’Organisation mondiale du commerce, il y a de plus en plus d’accords de libre-échange bilatéraux ou de partenariats, comme le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) ou l’accord sur le commerce de services TISA. Les deux sont des tentatives, initiées par les pays industrialisés, de faire avancer la dérégulation des marchés et limiter les possibilités des Etats de protéger leurs intérêts. Aussi dans les accords d’investissement, Alliance Sud s’engage pour que la protection des droits humains, des standards environnementaux et des objectifs de développement durable n’y soient pas seulement inclus, mais aussi respectés et surveillés.
Article GLOBAL+
26.3.2018

Les retraités trinquent, investisseurs jubilants

Argentine : La réforme des retraites adoptée en décembre 2017 est censée amener six milliards USD d’économies. Alors que le pays doit 8 milliards 650 millions USD aux investisseurs étrangers et a déjà payé 11 milliards USD aux fonds vautour...
Article politique
15.3.2018

Huile de palme : victoire d'étape

Le 28 février, une large majorité du Conseil national (140 voix pour, 35 contre) a accepté la motion de Jean-Pierre Grin (UDC/VD) demandant d’exclure l’huile de palme de la négociation de l’accord de libre-échange avec la Malaisie.
Communiqué
2.2.2018

Huile de palme : Lettre ouverte au Conseil fédéral

L'huile de palme doit être exclue de l'accord de libre-échange entre la Suisse et l'Indonésie. C’est ce qu’exigent des ONG suisses dans une lettre ouverte adressée au conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

Entreprises et droits humains

Alliance Sud s’engage dans la large coalition d’organisations non gouvernementales suisses qui ont lancé ensemble, au printemps 2015, l’Initiative multinationales responsables. Les années précédentes, le gouvernement et le Parlement avaient refusé d’adopter des mesures légales pour mettre en œuvre les Principes directeurs de l’ONU sur les entreprises et les droits humains, en vigueur depuis 2011. Ceux-ci exigent qu’un mélange raisonnable de mesures volontaires et de règles juridiques améliore de façon durable le respect des droits humains par les entreprises.
Communiqué
20.4.2018

La commission veut un contre-projet indirect

La Commission des affaires juridiques du Conseil national propose des mesures juridiques contre les violations des droits humains et les atteintes aux standards environnementaux internationaux commises par des entreprises ayant un siège en Suisse.
Article GLOBAL+
26.3.2018

Quand les filiales prennent les devants

Pendant qu’economiesuisse s’enferme dans la confrontation sur la protection des droits humains, à l’étranger, des multinationales suisses assument leur responsabilité.
Communiqué
11.12.2017

Economiesuisse torpille un dialogue constructif

La Commission des affaires juridiques du Conseil national refuse un contre-projet à l'initiative pour des multinationales responsables - suite à un lobbying intensif par Economiesuisse. Au détriment d'un dialogue constructif entre firmes et ONGs.