Politique

Agenda 2030

Alliance Sud s’engage, dans ses six axes de travail, pour une politique suisse cohérente et inspirée de l’Agenda 2030 de l’ONU. Ce cadre d’une nouvelle « politique intérieure mondiale », adopté en automne 2015 par 193 chefs d’Etat et de gouvernement, fixe 17 objectifs de développement durable (ODD). Ceux-ci visent un équilibre durable et équitable entre le volet social, environnemental et économique – aujourd’hui et pour les générations futures. Le Nord et le Sud y ont les mêmes devoirs ; les intérêts globaux et nationaux ne doivent pas être opposés les uns aux autres. En association avec d’autres organisations non gouvernementales, Alliance Sud examine la façon dont la Suisse met en œuvre les ODD.
Article GLOBAL+
9.10.2017

Faire les achats de manière responsables !

Chaque année, la Confédération, les cantons et les communes achètent des biens et des services pour près de 40 milliards de francs. La révision totale du droit en question fournit l'opportunité d’utiliser ces montants de manière plus responsable.
Communiqué
25.9.2017

La société civile suisse fait bloc

Une quarantaine d'ONGs suisses ont lancé la Plateforme Agenda 2030 de la société civile. Elle veut assurer que la durabilité, à tous les niveaux, devienne le but ultime de la Confédération et d’autres décideurs.
Article GLOBAL+
26.6.2017

La qualité plutôt que la quantité

L’Année internationale du tourisme durable en cours a un rôle important à jouer dans la réalisation des objectifs de l’Agenda 2030. Mais l’année risque de servir purement et simplement à la promotion du tourisme.

Politique de développement

Alliance Sud suit et analyse la politique de coopération au développement, dominée par les pays industrialisés. Elle soutient l’intérêt des pays en développement et de leurs populations à influencer le façonnement de cette politique sur un pied d’égalité, dans le cadre de l’ONU. En Suisse, Alliance Sud s’engage pour une coopération au développement qui a du sens et n’est pas utilisée à mauvais escient pour des objectifs de politique extérieure, intérieure ou diplomatiques. Le but d’Alliance Sud est aussi que la Suisse, comme convenu sur le plan international, alloue 0.7% du revenu national brut à la coopération au développement.
Étude
10.10.2017

20% de l'argent du développement vont dans l'asile

La Suisse dépense presque un franc sur cinq de ses fonds de développement pour l'asile en Suisse. Alliance Sud a rassemblé les faits et chiffres sur la façon dont d'autres pays de l'OCDE comptabilisent les coûts de l'asile.
Article GLOBAL+
9.10.2017

DFAE : Le défi de la politique intérieure mondiale

De nombreux médias estiment que la politique extérieure se limite à la politique européenne. Mais le nouveau ministre des affaires étrangères est également responsable de la politique de développement. A cet égard, des défis majeure l'attendent.
Article GLOBAL+
9.10.2017

BAII : Examen à la loupe du nouvel acteur mondial

« La BAII peut apporter une contribution essentielle pour (…) promouvoir un développement économique durable en Asie » : c’est en ces termes que le Conseil fédéral justifiait l’engagement de la Suisse dans la BAII. Un bilan intermédiaire.

Climat et environnement

Alliance Sud s’engage pour une politique environnementale et climatique suisse qui respecte les limites planétaires et atmosphériques. La base, ce sont les objectifs de développement durable et l’Accord sur le climat de Paris, qui vise à limiter le réchauffement global à 1.5 – 2.0°C par rapport au niveau d’avant l’ère industrielle. La Suisse ne doit pas seulement réduire ses émissions de CO₂ à zéro d’ici 2040, mais aussi reconnaître sa part de responsabilité pour les causes et les conséquences du changement climatique global. Pour les surmonter, le Sud a besoin de soutien. Alliance Sud exige de la Suisse un engagement financier renforcé par rapport à la coopération au développement traditionnelle ; le financement du climat ne doit pas se faire aux dépends de la lutte contre la pauvreté, la formation et la santé.
Article GLOBAL+
9.10.2017

COP 23 : Un avant-goût de migration climatique

Rien d’étonnant à ce que la COP 23 doive se centrer sur le thème des pertes et préjudices. Pour l’État insulaire pacifique des Fidji en charge de la présidence cette année, les changements climatiques sont depuis longtemps une question de survie.
Article GLOBAL+
27.6.2017

La montagne accouche d’une souris !

Les années passent et le Conseil fédéral n’a toujours pas de plan sur la manière dont il entend mobiliser chaque année près d’un milliard de francs pour des projets internationaux de protection du climat.
Communiqué
10.5.2017

La Suisse se soustrait à sa responsabilité

Financement international du climat: Le rapport du Conseil fédéral ne répond pas à la question de savoir comment la Suisse va, d’ici 2020, mobiliser environ 1'000 millions de francs additionnels par an selon le principe du pollueur – payeur.

Politique fiscale et financière

Alliance Sud s’engage pour une politique fiscale et financière suisse en syntonie avec un développement durable du monde. En tant que membre de la Global Alliance for Tax Justice, elle lutte contre l’évasion fiscale des personnes physiques et des multinationales sur le plan mondial, car l’évasion fiscale mine la démocratie et le bien-être partout. En cela, la Suisse, qui continue à être la plus grande place financière offshore du monde, a une responsabilité particulière.
Article politique
5.10.2017

ONU : Le Projet fiscal 17 nuit aux droits humains

L’Expert indépendant Juan Pablo Bohoslavsky a examiné les conséquences de la politique fiscale et financière sur les droits humains. Il trouve le Projet fiscal 17 problématique.
Consultation
13.4.2017

Oui à l'extension de l'échange d'informations

Alliance Sud salue ll'introduction de l'échange automatique d'informations (EAI) sur les comptes financiers avec plus d'Etats et de territoires. Consultation.
Article GLOBAL+
28.3.2017

EAR : Un choix automatiquement sélectif

Le Conseil fédéral veut élargir l’échange automatique des données bancaires concernant les fraudeurs potentiels à quelques rares pays en développement. Mais aussi à la Chine et à la Russie, membres du G20. On s’attend à d’intenses débats.

Commerce et investissements

Alliance Sud analyse les règles commerciales internationales et s’engage pour qu’elles soient plus équitables. Au lieu des négociations dans le cadre multilatéral de l’Organisation mondiale du commerce, il y a de plus en plus d’accords de libre-échange bilatéraux ou de partenariats, comme le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) ou l’accord sur le commerce de services TISA. Les deux sont des tentatives, initiées par les pays industrialisés, de faire avancer la dérégulation des marchés et limiter les possibilités des Etats de protéger leurs intérêts. Aussi dans les accords d’investissement, Alliance Sud s’engage pour que la protection des droits humains, des standards environnementaux et des objectifs de développement durable n’y soient pas seulement inclus, mais aussi respectés et surveillés.
Article GLOBAL+
9.10.2017

Un système au bord de l’implosion

L’édifice juridique de la protection des investissements craque de toutes parts. Dans la diplomatie multilatérale, une cour internationale d’arbitrage pourrait voir le jour.
Article GLOBAL+
27.6.2017

Investissements responsables en Iran ?

Les entreprises devraient respecter les droits de l’homme, y compris dans le cadre de leurs investissements à l’étranger. Quel rôle la Suisse doit-elle jouer à cet égard dans l’accès de ses investisseurs à l’eldorado iranien ?
Article GLOBAL+
24.3.2017

Pour un commerce mondial porteur de développement

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis a confirmé un phénomène qui prend de l’ampleur : le rejet de la mondialisation par une partie croissante de l’opinion publique occidentale. Le mouvement « alter-mondialiste » a-t-il gagné ?

Entreprises et droits humains

Alliance Sud s’engage dans la large coalition d’organisations non gouvernementales suisses qui ont lancé ensemble, au printemps 2015, l’Initiative multinationales responsables. Les années précédentes, le gouvernement et le Parlement avaient refusé d’adopter des mesures légales pour mettre en œuvre les Principes directeurs de l’ONU sur les entreprises et les droits humains, en vigueur depuis 2011. Ceux-ci exigent qu’un mélange raisonnable de mesures volontaires et de règles juridiques améliore de façon durable le respect des droits humains par les entreprises.
Article GLOBAL+
9.10.2017

PCN de l'OECD : Les limites du dialogue

Les associations économiques s’opposent à l’introduction d’une responsabilité civile pour violations des droits de l’homme et de l’environnement par les entreprises, en mettant en exergue les bienfaits du Point de contact national de la Suisse.
Communiqué
15.9.2017

Le Conseil fédéral confirme le besoin d'agir

Dans son message sur l’initiative pour des multinationales responsables le Conseil fédéral reconnaît que les violations des droits humains commises par des multinationales suisses représentent un problème.
Article GLOBAL+
26.6.2017

Le parlement britannique met la pression

Le débat sur la mise en œuvre des Principes directeurs relatifs aux entreprises et droits humains prend de l’ampleur aussi au Royaume-Uni. Un rapport parlementaire pose les mêmes exigences que l’Initiative pour des multinationales responsables.